61 rue Henri Barbusse 92110 Clichy Levallois
01 83 62 82 65
info@issmi.fr

Amazon lui aussi fait face à la grogne de ses employés pour Rekognition

ISSMI, nos partenariats avec des employeurs du secteur vous permettent d’accéder directement à un poste! Plus besoin de chercher un travail

Amazon lui aussi fait face à la grogne de ses employés pour Rekognition

L’histoire a un sérieux goût de déjà vu pour ceux qui s’intéressent de près à l’actualité de Microsoft. En début de semaine, des employés protestaient contre le partenariat passé entre Microsoft et les services de l’immigration américains (Immigration and Customs Enforcement, ICE). C’est maintenant au tour d’Amazon. Plusieurs employés de la firme de Jeff Bezos ont fait part de leur malaise suite à la découverte de l’utilisation des outils d’Amazon par les services de contrôle de l’immigration américains.

 

Dans une lettre, d’abord diffusée en interne, mais maintenant publiée dans les médias américains, les ingénieurs d’Amazon s’inquiètent de deux choses en particulier. D’une part, la vente de la technologie Rekognition aux forces de l’ordre américaines. L’association américaine de défense des libertés civiles s’était émue il y a quelques semaines de cette offre, estimant que celle-ci mettait entre les mains des autorités un outil puissant de discrimination, sans que celui-ci ne soit contrôlé par la force publique. Les employés d’Amazon signataires de la lettre semblent partager ce point de vue et demandent ainsi à Jeff Bezos de cesser leur collaboration avec les gouvernements autour de la technologie Rekognition.

Un air de déjà vu

D’autre part, les employés d’Amazon dénoncent l’utilisation de l’infrastructure AWS par Palantir, une société spécialisée dans le développement d’outil de surveillance, notamment utilisé par les services de l’immigration américaine. Ces derniers sont très critiqués depuis la découverte d’une politique « zéro tolérance » appliquée à l’encontre des migrants, poussant l’administration à séparer parents et enfants afin de les interner dans des camps en attendant leur reconduite à la frontière.

« Face à cette politique immorale menée par les États Unis, et face à l’attitude déplorable du pays quant à la question des migrants, nous sommes inquiets de l’implication d’Amazon », écrivent les employés d’Amazon dans la lettre ouverte publiée dans la presse américaine. La lettre en profite au passage pour rappeler que les outils d’IBM ont largement été utilisés par le troisième Reich dans les années 40. Les auteurs de la lettre recommandent d’arrêter de vendre des outils de reconnaissance faciale aux autorités, ainsi que de cesser toute collaboration avec Palantir ou tout autre partenaire qui viendrait en aide aux services d’immigration américains.

Les entreprises de la Silicon Valley font face à des frondes en interne concernant leurs partenariats passés avec différents gouvernements. Google a ainsi été critiqué pour ses contrats passés avec la défense américaine, mais Microsoft a aussi eu droit à un scénario similaire en début de semaine.