61 rue Henri Barbusse 92110 Clichy Levallois
01 83 62 82 65
info@issmi.fr

Knox 3.3 consolide la sécurité des terminaux Samsung

ISSMI, Le village d'emploi! Plus besoin de chercher un travail

Knox 3.3 consolide la sécurité des terminaux Samsung

Pour suivre la sélection de ses derniers smartphones Galaxy S10 dans les entreprises, en dehors du dispositif Dex pour la connexion aux écrans, Samsung a consolidé les fonctions de sécurisation de sa solution Knox avec un chiffrement à deux couches et un pare-feu recalibré.

Avec sa gamme de smartphones Galaxy S10, tout juste livrée, Samsung a mis en avant plusieurs fonctionnalités et spécificités à même de séduire le grand public. Mais le S10e, le S10 et le S10 + recèlent aussi des capacités pensées pour des usages business. Les entreprises évoquent même 18 % de la clientèle du fabricant coréen en France, un chiffre en constante élévation, selon lui. « Avec un marché BtoC de plus en plus saturé, le BtoB est un vrai relai de croissance », confirme Amata Bertrand, chef de produit smartphone chez Samsung. Les smartphones Galaxy sont déployés par les entreprises pour divers cas d’usages, en transformation des postes fixes, pour les applications de CRM ou de reporting et par les utilisateurs de terrain comme les agents immobiliers, par exemple.

Rien de bien nouveau côté usage professionnel pour la gamme S10, mais des bases solides sur lesquelles s’appuie l’entreprise. Comme pour les antérieures versions des gammes S et Note, on retrouve les classiques. Dex, le dispositif qui accepte d’utiliser son smartphone sur un moniteur en mode desk via le cloud est toujours bien présent, tout comme Knox, la solution de sécurisation des terminaux, déclinable en deux usages, « Configure » pour la personnalisation des accès et des paramètres avant le déploiement d’une flotte, et « Manage », un MDM multiplateforme.

Dex est offert dans une version très similaire à celle du Note 9 si ce n’est une nouvelle fonction qui accorde ou restreint l’accès à Knox pour consolider le contrôle. Knox de son côté a reçu quelques fins ajustements, comme le perfectionnement de la sécurisation au démarrage avec le mécanisme Verified boot, qui vient s’ajouter à Secured et Trusted boot, un chiffrement à deux couches nommé « Dual DAR » (Data-at-rest) – pour protéger les appareils hors tension ou non authentifiés – ou encore un pare-feu recalibré, admettant par exemple de bloquer des IP sur des terminaux spécifiques. Sur la partie VPN de Knox, dans la version 3.3 livrée en février, il est maintenant possible de configurer les outils d’analyse de plateforme réseau (NPA) en se basant sur une solution de gestion de la mobilité afin d’acquérir les statistiques sur le réseau lorsque celui-ci est actif, mentionne Samsung.

Le S10e, un point de passage pour les grands comptes

Tous les terminaux de la gamme S10 sont compatibles double SIM. Les employés ont par ailleurs utilisé Plateform for entreprise, une application Samsung acceptant de séparer l’interface professionnelle du smartphone de l’usage personnel, et ce même avec une seule carte SIM. L’outil E-Fota accepte quant à lui de gérer les mises à jour des OS embarqués, pratique quand on veut esquiver une perte de productivité sur tous les terminaux d’une flotte. Rappelons que le S10+, outre ses finitions céramiques, peut élever jusqu’à 12 Go de RAM et 1 To de stockage.

En France, Samsung est déjà en train d’œuvrer sur un partenariat avec un revendeur IT, dont l’identité n’est pas communiquée, pour une flotte de 200 smartphones de la gamme S10. « Plusieurs entreprises du CAC40 sont aussi en phase de test du produit, notamment dans le domaine de l’industrie », ajoute Amata Bertrand, qui avoue compter notamment sur le S10e, l’entrée de gamme de la dernière série, pour éblouir les grands comptes.

Le prix HT du S10e démarre à 607 € et ceux des S10 et S10+ à 727 € et 807 € respectivement.  Quant au S10+ Performance, son prix commence à 1007 € HT.