61 rue Henri Barbusse 92110 Clichy Levallois
01 83 62 82 65
info@issmi.fr

L’US Army signe un contrat Hololens de 480 M$ avec Microsoft

ISSMI, nos partenariats avec des employeurs du secteur vous permettent d’accéder directement à un poste! Plus besoin de chercher un travail

L’US Army signe un contrat Hololens de 480 M$ avec Microsoft

Le contrat de Microsoft signé avec l’armée américaine devrait lui permettre de vendre 100 000 casques de réalité augmentée Hololens. Une annonce qui intervient alors que l’éditeur multiplie les efforts pour pousser les usages en entreprise.

Microsoft a signé un contrat de 480 millions de dollars pour approvisionner aux soldats de l’armée américaine des casques Hololens qui serviront à des missions d’entraînement et de combat, une étape importante dans l’adoption de la technologie de réalité augmentée (AR). Le contrat s’inscrit dans le projet Integrated Visual Augmentation System de l’armée de terre destiné à développer un casque pour augmenter « la létalité, la mobilité et la connaissance de la situation » des soldats en mission sur le terrain. Les appareils utilisés par l’armée de terre seront différents des Hololens grand public. Ils doivent notamment être compatibles avec les casques déjà acquit par l’armé. La vision nocturne, la détection thermique et la détection des traumatismes, ainsi que la capacité de superviser et d’afficher le rythme cardiaque et la fréquence respiratoire d’une personne font partie du cahier des charges de cette version de l’Hololens.

Dans un premier temps, Microsoft devra approvisionner à l’armée de terre 2 500 prototypes dans un délai de deux ans, avec une accélération possible de la production après cette période. Selon Bloomberg, premier média à signaler la transaction, Microsoft pourrait fournir au total 100 000 appareils. Le contrat a été soumis à un processus d’appel d’offres à l’issue duquel les responsables de l’armée ont finalement opté la solution Hololens de Microsoft plutôt que les systèmes concurrents de Magic Leap. Il intervient aussi après la publication, en octobre, d’une lettre ouverte du personnel de Microsoft exigeant que la technologie de l’entreprise ne soit pas utilisée à des fins militaires. Dans cette lettre, le personnel s’inquiétait de l’appel d’offres Joint Enterprise Defense Infrastructure (JEDI) – un contrat de 10 milliards de dollars – lancé par le Pentagone pour l’hébergement dans le cloud des données du ministère de la Défense auquel Microsoft a répondu.

L’entreprise, un marché porteur pour Hololens

Conçu en 2016, le casque Hololens est déjà utilisé par de grandes entreprises assez différentes, de l’industrie automobile, jusqu’au bâtiment en passant par l’aérospatiale. Si auparavant, ces dispositifs ont été déjà utilisés à des fins militaires, ils servaient plutôt à l’entraînement qu’à des missions de combat. Pour Anshel Sag, analyste chez Moor Insights & Strategy, ce contrat de l’armée américaine est probablement le plus grand déploiement planifié d’Hololens à ce jour et il devrait largement dépasser tous les autres déploiements précédents « en volume et en importance ».

Quant à Annette Jump, directrice de recherche chez Gartner, elle pense qu’un contrat aussi médiatisé devrait contribuer à « sensibiliser les entreprises américaines et au-delà à la réalité mélangée (MR) ». Selon elle, « il s’agit d’une annonce majeure pour Microsoft et d’une étape importante pour l’adoption de la technologie MR ».Pourtant, elle fait aussi remarquer que pour favoriser une adoption à plus grande échelle Microsoft doit surmonter plusieurs obstacles. Notamment, le choix d’appareils capables de prendre en charge la réalité mélangée est très limité : il n’y a rien, en dehors de l’Hololens et de son concurrent Magic Leap, et les deux sont très coûteux. Par ailleurs, la conception d’interfaces 3D coûte cher aux entreprises, car il est nécessaire de développer une interface spécialisée ou une expérience spécifique pour répondre à chaque type d’usage. Toujours selon Annette Jump, « la technologie n’est pas encore mature et pour l’instant, ce sont surtout les expériences immersives pouvant être activées par smartphone qui sont privilégiées, car cette alternative est souvent moins coûteuse et facile à mettre en œuvre pour démarrer avec les technologies immersives ».

Un nouvel Hololens pour 2019

Selon l’analyste Anshel Sag, ce contrat est un vrai « coup de pouce » pour l’adoption de Hololens, dont les ventes continuent à stagner à l’approche de la sortie d’une prochaine mise à jour. Un nouveau modèle de casque devrait être lancé en 2019. Mais, une refonte de la technologie pourrait favoriser son acceptation par les grandes entreprises. « Je constate en permanence un réel intérêt pour Hololens », a déclaré l’analyste. « Le problème, c’est que ceux qui ne connaissent pas Hololens sont rebutés par le manque de modernité du matériel ». Celui-ci pense néanmoins que Microsoft sera leader sur le marché naissant de l’AR et que sa solution s’imposera de facto comme standard en matière de développement. « L’Hololens va devenir le standard de l’entreprise pour la réalité augmentée et c’est vraiment ce que cherche en priorité Microsoft. C’est déjà la première plate-forme vers laquelle se tournent la plupart des développeurs quand ils veulent développer une application AR pour l’entreprise ».