61 rue Henri Barbusse 92110 Clichy Levallois
01 83 62 82 65
info@issmi.fr

Adblock en progression sur mobile

ISSMI, nos partenariats avec des employeurs du secteur vous permettent d’accéder directement à un poste! Plus besoin de chercher un travail

Adblock en progression sur mobile

Bien que relativement lente pour le moment, la croissance des bloqueurs de publicité sur mobile inquiète. Dans un article publié il y a quelques jours, Digiday UK offre un tour d’horizon plutôt complet sur le sujet.

Déjà présentes sur nos ordinateurs depuis des années, les solutions de blocage d’annonces en ligne se sont stabilisées. Pour les marketeurs, le problème est toujours important et de nombreux éditeurs demandent aujourd’hui à leurs lecteurs de désactiver leurs adblock pour consulter des contenus. Sur mobile, le blocage tend à se développer et fait parler de lui !

Selon les dernières recherchent d’Audience Project, 8% des sessions mobiles utilisaient un bloqueur au Royaume-Uni cette année ; contre 2% en 2016. Ce chiffre est plus faible aux États-Unis avec 5% en 2017, contre 2% l’année précédente. Et c’est en Allemagne que les adblock sont déjà bien présents sur mobile avec un taux d’utilisation de 13% en 2017. Quoi qu’il en soit, l’usage de bloqueurs progresse partout dans le monde.

Globalement, le taux de blocage des annonces sur mobile a augmenté de 2% à 4% durant les douze derniers mois. Et selon Le Monde, la France compte 20% de sessions mobiles où des bloqueurs sont actifs. Un taux finalement proche de celui des adblock sur ordinateur.

Toujours plus sur nos mobiles

Le trafic sur smartphone continue de croître et celui sur desktop ralentit peu à peu. Le développement des bloqueurs se fait donc naturellement, à ceci près qu’il pourrait être d’une plus grande ampleur sur mobile.

L’arrivée des adblock sur nos fidèles smartphones a pris du temps, car cela nécessite un peu plus de travail aux développeurs. Désormais, les professionnels s’inquiètent et, au-delà du caractère commercial, les usagers soucieux de protéger leurs données personnelles sont d’autant plus motivés à les utiliser. En mai dernier, le site App Annie expliquait qu’au Royaume-Uni le nombre de téléchargements pour le Top5 des applications dédiées au blocage publicitaire a doublé.

D’un côté, l’utilisateur est gagnant. De l’autre, cela représente une menace pour les éditeurs de contenus. Le ciblage grâce aux données mobiles est de plus en plus difficile. Dans une certaine mesure, le fait de désactiver le tracking de son navigateur est déjà un bloqueur de publicité. Les annonces « classiques » vont ainsi souffrir du nombre grandissant d’adblock. La solution restante pour les annonceurs étant de diffuser des publicités ciblées et pertinentes. Soit un travail plus conséquent que faire une simple campagne display.