61 rue Henri Barbusse 92110 Clichy Levallois
01 83 62 82 65
info@issmi.fr

Le hardware as a service : l’initiation d’un modèle encourageant

ISSMI, Le village d'emploi! Plus besoin de chercher un travail

Le hardware as a service : l’initiation d’un modèle encourageant

Après une étude faite par la plateforme communautaire Spiceworks, le Hardware-as-a-service, en dehors de la location d’imprimantes, n’en est encore qu’à ses commencements en entreprise.

Qu’elle intéresse des applications logicielles (SaaS), des infrastructures (IaaS) ou des ordinateurs (PCaaS), la tendance du « as-a-service » permet aux entreprises de faire d’énormes économies sur les outils faites au quotidien par leurs employés et consommateurs tout en bénéficiant des services fondamentales à l’implémentation de ces outils, le tout dans une offre packagée. On l’a vu au cours des derniers mois chez HP ou Also, le matériel informatique est de plus en plus proposé comme un service. Dans une récente étude, Spiceworks s’est incliné sur un phénomène très similaire, le Hardware-as-a-service (HaaS, parfois appelé « Device-as-a-service »), et son usage en entreprise. Pour ce faire, les équipes de la plateforme communautaire ont questionné environ 1 100 décideurs dans le monde de l’IT en Amérique du Nord et en Europe.

Selon les résultats édités par Spiceworks, 48 % des entreprises examinées louent un ou plusieurs types de matériels informatiques. Mais ce pourcentage est lui-même à partager en deux : d’un côté, il y a les sociétés passant par du leasing traditionnel, où le matériel loué est géré directement en interne, et de l’autre, celles habituées au modèle HaaS, dans lequel le matériel loué est géré par un tiers. Ces dernières représentent 24 % de l’ensemble des résultats. Cependant, il est à noter que sur ces 24 %, 21% concernent de la location d’imprimantes. Il semble donc qu’à part pour ce type de matériel, le HaaS en est encore à ses balbutiements dans la plupart des entreprises.

Les imprimantes incitent le marché

Mais le modèle devrait prendre progressivement de l’importance dans les années à venir selon Spiceworks. « Si nous considérons de plus près les entreprises qui louent déjà du matériel informatique, nous nous attendons à une aggravation progressive de l’adoption du modèle HaaS, peut-on lire dans l’étude. Au cours des deux prochaines années, 6 % d’entre elles ont déjà prévu de passer à ce mode de progression. »

Pour ce qui concerne la ventilation par produit, les résultats montrent que 51 % des sociétés qui louent des imprimantes passent par du HaaS. Environ un tiers de celles louant du matériel réseau et des téléphones de bureau font de même. La balance penche amplement du côté du leasing traditionnel pour les smartphones, les laptops, les ordinateurs de bureau, les serveurs et les tablettes. Sur ce dernier segment, 12 % ont pour le moment choisi le HaaS, mais ce chiffre devrait doubler d’ici 2020. Du côté des types d’industrie, ce sont les entreprises de vente au détail qui semblent les plus ouvertes à ce modèle, utilisé par 31 % d’entre elles, avec une hausse de 7 % prévus pour les deux prochaines années. 29 % des organismes du secteur éducatif et des services financiers sont identiquement dans cette situation.

Avantages et contrariétés du HaaS

Dans l’ensemble, le modèle HaaS est plutôt bien vu par les propriétaires interrogés. 71 % ce ceux ayant adopté cette progression estiment qu’il permet de diminuer la charge de travail liée au support informatique, et près de la moitié ont vu s’améliorer les prestations de dépannage et de maintien technique. Pour 40 %, le HaaS a même permis de réduire les coûts liés à la possession de matériel. 42 % des sociétés n’ayant pas opté pour ce modèle craignent malgré cela une perte de contrôle sur leurs équipements.

Selon Spiceworks, dans les années à venir, les fournisseurs de HaaS auront tout intérêt à viser des entreprises ayant déjà choisi des solutions de leasing par le passé, ainsi que celles dont les moyens sont insuffisants pour entretenir leurs appareils en interne. « HaaS est également avantageux financièrement pour les organisations qui modifient leur parc à une cadence régulière », note la plateforme communautaire. Mais pour les entreprises les plus modestes, qui n’ont pas forcément d’intérêt à changer souvent leur matériel, les fournisseurs devront peut-être « trouver d’autres moyens d’encourager les décideurs à adopter le Hardware-as-a-service, par exemple en étageant les offres ou en regroupant davantage de services pour augmenter de la valeur et ainsi séduire les acheteurs sensibles aux prix ».